VU DU PORTE-BAGAGES

#2. Qu’est-ce qu’on mange ?

 


 

Vous pensez peut-être qu’organiser un festival littéraire, c’est choisir des auteurs, établir des collaborations, monter une programmation variée et audacieuse ?… Oui, c’est cela – et ce sont des choix cruciaux – mais c’est aussi accueillir les auteurs, les artistes, les techniciens et le public : les accueillir avec des salles adaptées et confortables, des espaces où discuter entre les spectacles, des poignées de mains et des sourires chaleureux, mais aussi assurer midi et soir la restauration des artistes et des techniciens et, aux soirées de présentation du programme et d’inauguration du festival, accueillir le public avec une table joliment dressée et des bons produits dans les verres et les assiettes.

Et c’est là qu’un autre choix se présente : que met-on dans les assiettes et dans les verres ? Car il s’agit bien de choix, et à Tandem, l’exigence en matière de programmation va de pair avec une exigence sur les produits servis pendant et autour du festival. Rien de gastronomique, non, l’exigence ne se situe pas sur ce plan-là, car il y a un budget à tenir, des coûts à respecter, et le toqué ou l’étoilé ne font pas partie de la philosophie de Tandem. Il est plutôt question de proximité et de qualité bio : mettre en avant des producteurs locaux, valoriser des circuits courts, et afficher une identité écolo-responsable. Le partenariat avec Biocoop entre dans ce cadre, de même que le choix de proposer du vin bio de la région ou de la bière artisanale brassée à Nevers, rue Vaillant Couturier, la bien-nommée Ôlieu. C’est aussi une manière de promouvoir la région auprès d’artistes qui ne font que passer mais à qui on espère donner envie de revenir !

Mais alors, le festival Tandem est littéraire ET bio, il veut s’inscrire dans un paysage national ET local ?? Oui, et c’est tout l’art des mélanges qu’il porte dans son ADN : marier la littérature et le territoire, s’engager pour la lecture et pour une écologie du quotidien, militer pour la diversité des formes littéraires et artistiques et pour le respect d’une charte éthique favorisant une création de qualité, faire des choix correspondant à des valeurs et inviter public et artistes à les partager.

Maintenant, très concrètement, en ce 12 décembre, jour de la présentation du programme, qu’est-ce qu’on mange ? Vue du porte-bagages de Tandem, l’organisation de cette soirée peut prendre la forme d’un utilitaire garé à proximité de la Médiathèque, le coffre plein de victuailles conservées à la température idéale de 4°C par ce froid après-midi d’hiver. Elle peut aussi prendre le visage de Pierrette, Eliane, Yvonne ou Christiane, des bénévoles qui se sont affairées à leurs fourneaux pour préparer, entre autres, cake au chorizo, cake au saumon, gâteau au chocolat et gâteau à la carotte.

Un peu cliché, ces cuisinières à leurs fourneaux, direz-vous ? Et vous aurez raison, car pour le buffet du 12 décembre, ce sont des mains féminines qui ont préparé les plats salés et sucrés servis aux participants. Et, cliché encore, ce sont les bras musclés d’Alexis qui ont porté les sacs de courses et livrés les produits frais (et bio !) aux domiciles des cuisinières. Mais là où le cliché s’effrite, c’est qu’Alexis, le costaud, le barbu, le tatoué, c’est un peu la maman qui veille au bien-être des artistes tout le temps du festival, suivi comme son ombre par Google, sa petite chienne au panache d’écureuil… Mais ça, c’est une autre histoire et peut-être le sujet d’un prochain « Vu du porte-bagages »…



Nathalie Pavec, le 12/12/2017

Association Tandem

15-17 rue Jean Jaurès

58000 Nevers

© Copyright 2017

Tous droits réservés