Vincent et Laetitia, le tandem de tête


 

Il est président, elle est vice-. En fait, c’est une présidence à deux têtes, où il n’est pas question de rang mais de complémentarité. Il monte avec aisance sur la grande scène de la MCNA pour parler du festival aux 700 spectateurs réunis pour la présentation de la saison ; elle a organisé la préparation du festival au fil de l’année 2017, a piloté le plan de communication, géré l’équipe des bénévoles, établi les feuilles de route des artistes. Lui œuvre pour consolider les finances de l’association et pérenniser les partenariats qui font vivre le festival et lui donnent du souffle. Elle s’est occupée de la programmation jeune public ces deux dernières années, avec l’idée d’ouvrir le festival à de nouveaux horizons et d’aller à la rencontre de nouveaux publics, notamment dans les écoles. Lui a contribué aux premiers pas du festival, en étant d’abord trésorier au sein du bureau initial ; elle a d’abord été bénévole, puis adhérente, avant de rejoindre le bureau au moment du changement d’équipe, il y a trois ans, apportant avec elle (entre autres) l’expérience de huit années d’organisation du festival « Livres & Musiques » de Deauville.

Yeux bleus, regards malicieux, larges sourires, mêmes attitudes posées et mêmes mots pesés, ils font face aux pires aléas (une défection de dernière minute ? un incident matériel ? un contre-temps fâcheux ?) avec calme et efficacité, bien persuadés que rien n’est jamais parfait mais que la réactivité, la confiance et le sens du collectif peuvent faire des miracles.

Leur objectif principal : mettre en valeur le travail d’artistes et d’auteurs singuliers, et donner accès à ce travail à un maximum de gens, jeunes et moins jeunes, lecteurs et non-lecteurs, Neversois, Nivernais et publics d’ailleurs, curieux et curieuses de tout poil. Objectif bis, intimement lié au premier : créer les conditions pour que tout le monde se sente bien, auteurs et artistes bien sûr, mais aussi bénévoles, techniciens, public, fidèles du festival et participants occasionnels. Pour cela, tous les détails comptent, depuis la scénographie colorée à la Médiathèque et à la MCNA, jusqu’à l’accueil et le transport des artistes par des bénévoles, en passant par la qualité des produits servis aux artistes et aux techniciens entre les spectacles. Comme le dit Laetitia, « si l’argent ne fait pas le bonheur, le vin y contribue ». Sous le clin d’œil, c’est une belle philosophie que voilà, où le bonheur est avant tout dans le partage et où la réussite d’un festival littéraire tient autant à la qualité de ce qui a lieu sur scène qu’à ce qui s’échange avant et après les spectacles.

En cela, Vincent et Laetitia peuvent aussi compter sur Alexis le magnifique, le « super bénévole » comme l’appelle Laetitia, qui veille sur les artistes pendant tout le festival, accueille chacun avec la même jovialité, parle de Bernadette Soubirous en fumant une cigarette avec Philippe Jaenada, plaisante avec Pierre Créac’h et échange sur la guitare avec Samuelito, règle avec efficacité les questions matérielles, met de la joie de vivre dans les rouages et fait parfois sa grosse voix, mais sans faire peur à personne. C’est aussi ça, la force de notre tandem de tête : leur capacité à intégrer les bénévoles à l’organisation du festival et à mettre en valeur les talents de chacun, en faisant en sorte que tout le monde trouve sa place.

Vincent et Laetitia, Laetitia et Vincent. On peut dire qu’ils se sont bien trouvés. Il n’y a guère que leurs compagnons respectifs qui aient à se plaindre du temps qu’ils passent, de l’énergie qu’ils dépensent pour l’entreprise Tandem... En cette fin de festival, ils sont heureux et épuisés. Heureux de la belle réussite de cette 5è édition, et épuisés de tant de mois passés à lui donner naissance. Le bébé est beau, chaque année plus audacieux – reste à savoir quelle jeune femme ou quel jeune homme il va devenir… Ensemble, ils ont de l’ambition pour le festival, ils veulent lui donner les moyens de grandir, de s’épanouir, d’attirer toujours plus de regards.

Mais pour continuer à regarder vers l’avenir, il n’y a pas que le vin qui contribue au bonheur… L’entrée de Tandem dans la cour des grands ne pourra pas se poursuivre en comptant sur le seul engagement individuel et la bonne volonté des personnes investies dans l’organisation. Il faudra réfléchir au statut des organisateurs, au renforcement des financements, à l’inscription du festival dans la durée et dans une forme de professionnalisation qui ne sacrifie rien à l’identité de Tandem.

Sujets moins grisants qu’un bon verre de Sancerre, mais tout aussi essentiels pour faire durer le plaisir. Alors, tchin, santé, à la nôtre – et longue vie à Tandem !

 

Nathalie Pavec, le 18/02/2018

Association Tandem

15-17 rue Jean Jaurès

58000 Nevers

© Copyright 2017

Tous droits réservés